Aix-Marseille-Provence « relie les entreprises dans cette macro région Euro-Afrique » ‹ Eco

DECEMBRE 2018 - N°2
Accédez au N°1

Stratégie
Édito de Martine Vassal
Aix-Marseille-Provence « relie les entreprises dans cette macro région Euro-Afrique »
Martine Vassal, Présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence © Jean-Paul Herbecq

publication

Aix-Marseille-Provence représente près de 50 % du PIB du territoire régional et 75 % des projets d’implantations d’entreprises étrangères.
Son rayonnement est donc bien plus large que son simple périmètre administratif, et démontre ainsi qu’il constitue une véritable locomotive de l’attractivité économique.
Sa force s’appuie sur plusieurs atouts valorisés dans une stratégie ambitieuse et co-construite avec les autres acteurs économiques du territoire.

 

1/ Quels sont les atouts du territoire pour attirer les entreprises ?

Tout d’abord, un positionnement unique en carrefour méditerranéen entre marchés d’Europe et d’Afrique. Si l’industriel japonais Tajima , fabricant de machines textiles, s’est implanté sur notre Métropole, à La Ciotat, pour se développer vers l’Afrique, et si l’industriel chinois Quechen a fait le choix de Marseille-Fos pour y fabriquer la silice utilisée dans les pneus – accédant ainsi à l’ensemble du marché européen – c’est parce que la Provence relie les entreprises dans cette macro région Euro-Afrique.
Cela est possible grâce à son port (1er en France et 2e en Méditerranée), grâce à son aéroport (2e en France pour le fret et le mieux connecté en Méditerranée) et grâce aux 14 câbles internationaux numériques sous-marins.

Ce positionnement est pleinement assumé dans la feuille de route internationale d’Aix-Marseille-Provence qui cible 12 destinations étrangères prioritaires ou à fort potentiel (Miami, Londres, Maghreb, Gênes, Sénégal, Côte d’Ivoire, Japon, côte ouest des États-Unis, golfe Arabo-Persique, Hambourg, Israël, et Chine) où nous portons notre message de « hub » entre Europe et Afrique. Nous entendons cette vision de « hub » dans les deux sens. Toute entreprise doit pouvoir se développer depuis notre Métropole sur ces deux marchés européens et africains. Si des entreprises sont prospectées pour établir chez nous leur siège dédié à la Méditerranée et l’Afrique, nous attirons aussi aujourd’hui des entreprises dynamiques et innovantes d’Afrique, qui s’internationalisent et cherchent à se développer en Europe depuis Aix-Marseille-Provence.

Et surtout, une vision claire de notre tissu économique décrit dans notre agenda économique. À ce positionnement géographique, permis par des infrastructures de qualité, s’ajoute le choix des 6 filières stratégiques de développement : santé, mécanique et aéronautique, logistique et maritime, environnement et énergie, industries créatives et numériques, et enfin tourisme et art de vivre, avec pour chacune d’entre elles des projets structurants et novateurs, ainsi que des offres foncières et immobilières adaptées.
Je pense notamment :

  • Au Team Henri Fabre et son technocentre sur le technoparc des Florides, dont nous finançons l’extension et qui est un fer de lance de l’industrie de demain portée par la French Fab Provence-Méditerranée ;
  • Au pôle aéronautique Jean Sarrail à Istres ;
  • Aux Technopôles de l’Arbois sur la filière environnement ;
  • de Luminy pour la santé/biotech avec Marseille Immunopôle et MI-mAbs ;
  • et Château-Gombert, pour les industries créatives et la mécanique.

À thecamp et la Cité de l’innovation et des savoirs Aix-Marseille que la Métropole va prochainement inaugurer avec Aix-Marseille Université auxquels s’ajoutent incubateurs académiques et accélérateurs privés d’entreprises, pour nos industries innovantes et du numérique accompagnées par Aix-Marseille French Tech.

Ces différents atouts qui fondent notre compétitivité sont portés par un « guichet unique » pour l’ensemble du territoire, notre agence métropolitaine Provence Promotion, co-pilotée par la Métropole et la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence, et qui constitue notre bras armé pour le marketing territorial, la prospection, l’implantation d’entreprises, et la promotion économique à l’international.

En parallèle de Provence Promotion pour le développement exogène, des équipes dédiées au développement endogène travaillent au quotidien pour accompagner nos entreprises provençales, comme l’Agence métropolitaine « Pays d’Aix Développement ». Animant un écosystème dynamique et audacieux, Pays d’Aix Développement participe à la croissance de notre territoire métropolitain. Son expérience en matière d’accompagnement à l’amorçage des projets d’entreprises sera d’ailleurs prochainement étendue à l’ensemble de la Métropole.

 

2/ En quoi la feuille de route de Provence Promotion a-t-elle évolué ?

Le travail de Provence Promotion a été confirmé et porté vers le haut à travers notre agenda du développement économique métropolitain et notre position de hub dans l’Euro-Afrique.
Son évolution réside essentiellement dans le travail collectif, co-construit dont je parlais plus haut, que nous portons, TOUS, désormais. Nous avons d’ailleurs invité la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur à rejoindre le conseil d’administration de l’agence métropolitaine Provence Promotion, dans une démarche fédérative et collective autour de la promotion économique de notre territoire. La Région rejoint ainsi le Département des Bouches-du-Rhône, les acteurs économiques (GPMM, Euroméditerranée, UPE13, les fédérations UIMM et UIC, etc.), la Chambre de commerce et d’industrie d’Arles, ainsi que Aix-Marseille Université, au sein de Provence Promotion, agence co-pilotée par la Métropole Aix-Marseille-Provence et la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence.

Lorsque nous partons au CES de Las Vegas, à Miami, au SIMI et au MIPIM, au Bourget, à Vivatech, et à Hambourg, c’est dans le cadre d’une Team qui rassemble Métropole, CCIMP, Provence Promotion, French Tech et French Fab, Euroméditerranée, le Grand port de Marseille-Fos, Aix-Marseille Université, des entrepreneurs « ambassadeurs » et tant d’autres comme la chambre de métiers et de l’artisanat ou celle de l’agriculture. Nous avons d’ailleurs, tous ensemble, élaboré un premier outil de marketing territorial, en français et en anglais, disponible en ligne pour nos actions de promotion économique.

Le territoire est aujourd’hui en ordre de bataille pour une réussite collective :

  • avec l’agence métropolitaine Provence Promotion pour l’attractivité des entreprises étrangères et la promotion économique du territoire à l’international (l’entreprise prospectée recherchant, pour son implantation, des ressources locales – du foncier et de l’immobilier, du logement, de la mobilité et des transports, et des soutiens à l’innovation à travers des technopôles -, ressources qui sont donc sous maîtrise d’ouvrage métropolitaine et trouvant une cohérence dans un bassin économique formant une agglomération métropolitaine),
  • et Team Sud Export, un dispositif régional, en lien avec Business France, pour faciliter les exportations de la Provence vers l’étranger (notamment en mutualisant sur des stands communs les coûts pour une PME devant se rendre sur un salon spécialisé à l’étranger).

N’oublions pas que la Métropole a pour ambition d’aménager et de commercialiser 1 500 hectares de foncier productif d’ici 2030, dont 400 hectares d’ici 2021.
Cette mission est importante et relève de sa compétence en matière d’aménagement économique.
Ce foncier productif, c’est notre offre territoriale de demain pour attirer des entreprises. Nous devons donc clairement cibler et comprendre les besoins des entreprises pour construire dès maintenant une offre adaptée.
Ce lien entre offre et demande, c’est Provence Promotion qui est la plus adaptée pour l’assurer, car elle connaît les besoins des porteurs de projets en fonction des filières et des marchés visés. Provence Promotion peut donc nous aider à déterminer les bons outils et les bons cadres d’aménagement pour créer l’offre territoriale idéale.
Un travail particulier sera d’ailleurs mené sur PIICTO, plateforme industrielle sur le port de Marseille-Fos, où 600 hectares doivent encore être aménagés pour accueillir des industries de pointe à quai.