Des énergies, une source de développement économique ‹ Eco

MAi 2018 - N°1
Accédez au N°2

Excellence
Cadarache
Des énergies, une source de développement économique

publication

Cadarache abrite trois projets majeurs : ITER, le réacteur Jules Horowitz (RJH) et la Cité des énergies. La dynamique qui allie recherche et développement s’étend bien au-delà de l’enceinte du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

ITER est un programme de recherche mondial sur la fusion contrôlée. Il mobilise plus de 35 nations (dont la Chine, l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis). Au total, plus de 3 000 personnes sont à pied d’œuvre aujourd’hui sur le site de construction et  plus de 8 milliards d’euros de contrats ont été signés pour la construction et la fabrication des pièces (dont plus de 3 milliards attribués à des entreprises françaises). Sur les 509 entreprises mobilisées par ce chantier, deux-tiers sont françaises. Tout récemment, l’entreprise varoise CNIM, équipementier et ensemblier industriel français implantée à La Seyne-sur-Mer, a remporté un nouveau contrat de 250 M€ dans le cadre d’un consortium,  avec à la clé de nouveaux besoins de recrutement.

Le RJH est un réacteur expérimental d’irradiation unique en Europe. Mis à la disposition de l’industrie nucléaire, des organismes de recherche, ainsi que des autorités de sûreté nucléaire, ce projet permettra d’étudier le comportement des matériaux et des combustibles dans des conditions extrêmes. Il approvisionnera également en radioéléments à vie courte les hôpitaux et l’industrie non nucléaire. Son coût est évalué à 1,7 milliard d’euros. Le CEA, maître d’ouvrage de l’installation, intervient au sein d’un consortium international (EDF, AREVA, la Commission européenne, et les organismes de recherche de Belgique, République tchèque, Espagne, Finlande, Inde, Israël, Suède et Royaume-Uni). Le génie civil étant achevé, la livraison des équipements et les montages vont pouvoir débuter. 700 à 800 personnes sont mobilisés. La mise en service est prévue vers 2021 (avec une durée d’exploitation de cinquante ans).

La Cité des énergies regroupe plusieurs plateformes de R&D (en laboratoire et à taille réelle) autour de 4 axes : le solaire, les biocarburants à partir de micro-algues, l’efficacité énergétique dans les bâtiments méditerranéens et enfin, les réseaux électriques intelligents. Les équipes du pôle recherche technologique du CEA (CEA Tech) mettent en place des contrats de partenariats avec les entreprises afin de faire mûrir leurs technologies pour qu’elles puissent être rapidement commercialisées.

Depuis 2011, 55 partenariats avec les entreprises et 37 projets institutionnels ont été réalisés ou sont en cours, soit un total de 38 M€ d’investissement avec 50 emplois permanents et non permanents créés au sein des équipes CEA Tech.

Aix-Marseille-Provence accompagne le développement du pôle de Cadarache

Au-delà de l’effort financier en subvention directe aux projets (75 M€ pour ITER et 4,1 M€ pour la Cité des énergies), la Métropole œuvre en maîtrise d’ouvrage directe ou en partenariat avec l’État et les collectivités locales afin d’améliorer, à la fois, l’accessibilité du site et les conditions d’accueil des entreprises. L’extension de zones d’activités dédiées à l’industrie à La Roque-d’Anthéron, puis à Pertuis et à Peyrolles-en-Provence, s’inscrivent dans cette dynamique.

Enfin, pour favoriser les transferts technologiques vers les entreprises et compléter leur parcours résidentiel, la Métropole ambitionne avec le CEA d’aménager En’Durance Énergies aux portes de la Cité des énergies. Il s’agit d’accueillir, dans des bureaux, laboratoires et ateliers ou sur des terrains nus, les entreprises partenaires de R&D, des démonstrateurs et des plateformes collaboratives. Le tout bien évidement en lien avec les axes de recherche des grands projets en cours à Cadarache.